Schizophrénie

La Maison de Santé de Merfy accueille des patients atteints de syndromes schizophréniques.

Ces diagnostics, longtemps évocateurs de gravité, sont pris en charge par nos équipes médicales et soignantes. Les syndromes schizophréniques peuvent revêtir différents degrés d’intensité allant des formes relativement bénignes à des formes sévères. Il existe à présent un ensemble de moyens thérapeutiques, médicamenteux et psychologiques mieux tolérés que par le passé permettant d’atténuer les conséquences de la maladie. Il s’agit d’une affection fréquente puisqu’elle frappe 1% de la population.

Un séjour à la clinique doit répondre à trois objectifs :

  • poser un diagnostic ;
  • limiter et mettre un terme à des poussées processuelles ;
  • établir, changer ou adapter un traitement.

L’hospitalisation peut être décidée pour soigner un épisode de la maladie pour lequel les soins ambulatoires ne sont plus adaptés.

De très nombreux symptômes de nature dissociative, déficitaire, ou paranoïde touchant la pensée (délire), les perceptions (hallucinations), la vie émotionnelle et affective (retrait autistique), le comportement social (repli, isolement), les soins personnels (incurie), la motricité (agitation, catatonie), peuvent traduire une schizophrénie. Ces manifestations peuvent survenir brutalement ou bien apparaître de façon progressive et à bas bruit. Le tableau clinique, c’est-à-dire le regroupement de ces symptômes chez un patient donné, est propre à chaque sujet et il peut changer au cours du temps chez un même individu ; ce qui rend le diagnostic d’autant plus difficile. Pour établir le diagnostic de schizophrénie et écarter d’autres causes possibles à l’origine des perturbations, il faut souvent avoir recours à des instruments d’évaluation clinique approfondie, aux tests psychologiques, à l’imagerie cérébrale, à la biologie.

Le traitement est médicamenteux, psychologique et social. Les produits neuroleptiques, antipsychotiques, antidépresseurs et tranquillisants pouvant apporter une rémission des symptômes. Ils diffèrent quant à leur efficacité, quant à leur tolérance et sont prescrits en fonction des aspects syndromiques de la maladie. Il existe à présent de médicaments très actifs.

Une personne atteinte de schizophrénie peut :

  • éprouver des difficultés à établir un contact avec son entourage ;
  • être envahie par des idées et des impressions étranges ;
  • avoir l’impression d’entendre des voix qui, bien que n’existant pas réellement, font partie de sa réalité ;
  • être prisonnière de ses hallucinations et de son délire ;
  • avoir une perception de soi partiellement, voire totalement altérée ;
  • avoir beaucoup de difficultés à distinguer ce qui est réel de ce qui ne l’est pas ;
  • avoir la conviction que certaines personnes lui veulent du mal ;
  • se replier sur elle-même et se comporter d’une façon bizarre ou imprévisible ;
  • se désintéresser de nombreuses choses: habillement, ménage, hygiène corporelle, gestion de ses biens ;
  • avoir des réactions émotionnelles étranges et incongrues ;
  • percevoir son entourage comme hostile ;
  • ressentir une insécurité permanente.
Troubles délirants persistants